Actualités

Ecole de Prière à l’Espace Bernadette : le compte rendu

DSC_0157

 

Du 11 au 17 juillet, vingt-et-un jeunes du diocèse se sont retrouvés à l’Espace Bernadette, pour l’École Prière Jeune (EPJ).

Une EPJ, qu’est-ce que c’est ? C’est un temps passé pour et avec le Seigneur, avec d’autres.
Ce sont vraiment des vacances spirituelles, pour vivre un temps fraternel et spirituel, se détendre, faire du foot et du bricolage, jouer, danser, prier, louer, vivre aussi les sacrements.

Quel programme !

Encadrés par une équipe d’une dizaine d’adultes, c’est à l’école de Bernadette que ces jeunes ont passé leurs vacances… Auprès d’elle, ils sont pu vivre les thèmes des différentes journées : la Vierge Marie, le pardon, la Croix ou encore la Mission. Chaque matin, après un
petit déjeuner plantureux, tous se retrouvaient dans la chapelle, pour un temps de louange, au son des instruments, et chantant la Gloire du Seigneur. Puis le père François-Xavier lisait la Parole de Dieu, la commentait, et chacun partait en désert, un temps d’environ une heure, seul
avec Dieu, qui parle au coeur. Puis l’Eucharistie nous rassemblait, avant un petit temps libre (« m’sieur le directeur, on peut faire un foot ?»).

 

Après le déjeuner et un temps « calme » (« foot ? – non, pas maintenant les gars ! »), venaient les activités de l’après-midi, manuelles, artistiques ou sportives. Nos animateurs (et surtout animatrices il faut l’avouer) ont déployé des trésors de créativité pour nous faire faire
du beau. Un autre temps libre permettait à chacun de faire des petits cadeaux en secret à son protégé, car nous étions l’ange gardien d’un autre participant à l’EPJ, pour la semaine.

Quelle joie lorsque chacun s’est révélé ! Un temps de frat’, les équipes par tranches d’âge, permettait ensuite de discuter, d’échanger, de relire aussi la journée. Et après un bon dîner, la veillée, tantôt festive, tantôt spirituelle, clôturait la journée.

Bilan des courses ? De beaux sourires, des jeunes, heureux qui en redemandaient, tristes que déjà la semaine finisse… Alors… à l’année prochaine !

 

Baudoin Massias

Actualités de la même catégorie ...