Actualités

Pour un élan missionnaire

edito

La rentrée des paroisses va se faire sous le signe des visites pastorales, qui vont reprendre activement après l’interruption due à la pandémie. Ces visites ont pour but d’envisager les défis propres à chaque paroisse à la suite de la restructuration qui s’est accomplie en 2019-2020. En effet, une paroisse n’est pas d’abord une structure administrative, même si elle a des frontières bien délimitées et une organisation précise. Elle est « l’Eglise qui vit au milieu de ses fils et de ses filles », selon l’expression du pape saint Jean Paul II. Même si, depuis déjà bien longtemps, la paroisse ne s’identifie plus aux liens de proximité qui existaient naturellement à l’échelle d’un village ou d’un quartier, elle a pour vocation de constituer une fraternité reçue du Christ Jésus qui à la fois intègre les liens naturels (famille, relations de voisinage) et les dépasse : c’est un espace de rencontre et de communion, à partir de l’eucharistie.

Les personnes habitant sur ce territoire, même si elles ne se connaissent pas de prime abord, sont appelées à former une unité au sein de l’Eglise diocésaine, une unité dans la foi, l’espérance et la charité ; elles sont appelées à faire corps autour d’un même pasteur. Elles sont appelées à être nourries ensemble de l’Eucharistie et des sacrements, à se former ensemble comme disciples du Christ, et à travailler ensemble à la mission du Christ : le faire connaître et aimer, mais d’abord manifester son amour auprès de tous, et spécialement des plus éloignés. Cela se fait par la qualité de l’accueil que l’on réserve à ceux qui peuvent venir à l’église, mais aussi par les différentes manières d’aller vers ceux que l’on ne rencontre pas habituellement. La paroisse n’est donc pas seulement le rassemblement des pratiquants, mais elle est aussi et surtout un espace missionnaire : car Jésus veut se faire connaître et veut apporter son salut à tous : « De tous les peuples faites des disciples », dit-il avant de rejoindre le Père.

Or nous le voyons de plus en plus : la foi en Jésus Christ devient minoritaire. Elle n’est plus transmise dans les familles, à quelques exceptions près. Pourtant des hommes, des femmes, des jeunes, des enfants, découvrent l’Evangile, découvrent le Christ, alors même que leur environnement familial n’est pas porteur. Et nous devons croire – nous ne croyons pas toujours suffisamment nous-mêmes – que Jésus est venu pour tous, que son Evangile est salut pour tous. Alors nous avons à proclamer l’Evangile à tous, nous avons à montrer à tous le beau visage de l’amour de Dieu.

J’aurai l’occasion de développer cela. En cette rentrée des classes et des activités paroissiales, que l’Esprit Saint nous donne un cœur missionnaire.

Mgr Thierry Brac de la Perrière

Actualités de la même catégorie ...