Actualités

Une belle journée au cours de l’été.

Je vous propose de lire le compte-rendu de la journée des grands-parents organisée par le MCR 58.

APRÈS-MIDI DU DIMANCHE 24 JUILLET A LA MAISON DU DIOCÈSE DE NEVERS

 

 

1 – Introduction

Effervescence toute particulière en cet après-midi du dimanche 24 juillet à la Maison du diocèse !

En effet, ce dimanche mettait à l’honneur toutes les personnes âgées, grands-parents ou non, dans une journée instaurée par le Pape François en 2021. Le thème choisi était : « Ils portent encore des fruits dans la vieillesse », tiré du psaume 92.

Pour cette deuxième édition, le Mouvement Chrétien des Retraités de la Nièvre (MCR)avait repris l’initiative d’organiser, comme l’année dernière, un après-midi à la Maison du diocèse : « Le temps du goûter », en partenariat avec toutes les forces vives du diocèse (pastorales, services, mouvements et équipes diverses…).

Quelques soixante-dix personnes ont participé, malgré une chaleur toujours présente, venant pour certaines d’assez loin (Myennes, La Machine…). On peut aussi remercier de leur présence notre vicaire général, le père François-Xavier Reveneau, l’aumônier diocésain du MCR, le père Jacques Billout et le père Jules-Pascal Coly, curé de la paroisse St Jean-Paul II. Le père Évêque, étant retenu, n’a malheureusement pas pu se joindre à ce rassemblement.

Dès 15h, les participants commençaient à investir le hall en passant par le buffet pour y déposer leur participation gourmande. A ce titre, un grand merci à tous pour avoir contribué à un buffet bien garni et à nos hôtesses de la Charité pour le service.

 

2 – Mot d’accueil du responsable diocésain du MCR, Pierre-Henri Cottard, avec une brève présentation du thème de la journée :

Au nom du MCR (Mouvement Chrétien des Retraités) que je représente au niveau du diocèse et qui est à l’initiative de cette 2ème édition de ce rassemblement à la MDD, au nom des autres mouvements d’Église, services diocésains, équipes diverses, etc… qui se sont associés concrètement ou moralement, je souhaite à tous la bienvenue en cette deuxième journée des grands-parents et des personnes âgées. Je vous remercie de l’effort ou plus simplement de votre décision toute naturelle de vous joindre à ce nouveau rassemblement diocésain qui va dans le même sens que celui tout récent de la Pentecôte sur la « synodalité ».  C’est évidemment le temps des vacances, il y a donc des absents. Mais le calendrier est là et cela permet à tous ceux qui ne sont pas partis, qui sont restés seuls ou qui accueillent enfants et petits-enfants de venir passer un moment convivial, récréatif et beaucoup plus informel que ceux que nous avons en cours d’année. Je n’oublie pas de vous transmettre le bonjour et l’accompagnement par la pensée de notre père Evêque qui est engagé à un autre endroit.

Le Pape François a donc instauré cette journée l’année dernière : elle a et aura toujours lieu le quatrième dimanche de juillet, à proximité de la fête de Ste Anne et St Joachim, les grands-parents de Jésus. Il était vraiment question pour notre Pape de mettre enfin à l’honneur toutes ces personnes qui représentent une majorité dans notre société, que ce soit dans la première cellule que représente la famille, que ce soit dans ses différents rouages (communaux, associatifs, sociaux divers), mais aussi dans nos paroisses et donc dans le diocèse. Mais le Pape les mettait à l’honneur tout particulièrement après la terrible épreuve qu’elles avaient subie pour un bon nombre d’entre elles, après la première vague de la Covid 19 et de son premier confinement.

Bref, le MCR national avait rebondi sur cette initiative de notre Pape et avait quant à lui lancé le « temps du goûter ». Pour celles et ceux qui étaient là l’année dernière, vous vous en souvenez peut-être. Cette année, ce « temps du goûter » est bien sûr relancé, raison pour laquelle nous vous avons signifier concrètement sur les petits tracts qui vous ont été remis d’apporter quelques gourmandises.

Mais avant de vous donner le détail des possibilités qui s’offrent à vous cet après-midi, je voudrais tout de même vous présenter brièvement le thème qui a été choisi par le Pape pour cette journée : « Ils portent encore des fruits dans la vieillesse », tiré du Psaume 92. C’est un verset qui donne tout son sens à la raison de vivre que doivent avoir les personnes d’un certain âge. Au début de son message de mai dernier, notre Pape nous dit que ce verset est à lui seul « une bonne nouvelle, un véritable évangile que nous pouvons annoncer ». En effet, il va à l’encontre de ce que l’on conçoit de la vieillesse, que ce soit dans ses désagréments (santé, précarité, solitude, inactivité, etc…), mais aussi, pour un certain nombre, dans cette résignation réelle, cette fatalité inéluctable, voire cette quasi-réclusion au niveau de notre société. Le même psaume « nous invite au contraire à continuer à espérer : quand viendra la vieillesse et les cheveux blancs, le Seigneur nous donnera encore la vie et ne permettra pas que nous soyons submergés par le mal ». Alors, le St Père nous rappelle que les personnes âgées ont une mission importante à remplir grâce au « don d’une longue vie » : être « artisan de la révolution de la tendresse » et « libérer ensemble le monde, de l’ombre de la solitude et du démon de la guerre ». Le Pape François nous « invite tous à rêver », séniors, jeunes et moins jeunes, pour construire ensemble le monde de demain, un monde vraiment fraternel, pour et avec tous. Un résumé du message du Pape est disponible : il vous sera distribué.

Je pense qu’il était bon d’insister sur ce thème, car il est vraiment porteur et donne une certaine perspective positive à une partie de notre vie de chrétien. Je vais laisser la place quelques instants à deux Chantal, qui font partie du MCR et qui vont s’exprimer à travers ce thème sur ce que la vie leur a donné, mais sur ce qu’elle continue à donner à la vie.  Ce sont deux membres du MCR (une jeune retraitée et une personne plus âgée) qui témoignent donc de ce que le thème pouvait leur évoquer dans leur vie de tous les jours : un temps de discernement, par exemple, en commençant sa nouvelle vie pour l’une, et un temps privilégié de partage avec la jeune génération pour l’autre.

 

 

 

 

3- Intervention de Chantal D. :

Ma réflexion commence par des mots :

Retraite, accompagner, transmettre, prière, liberté, jardiner, famille, santé/maladie, discernement, engagement.

Que me disent-ils ces mots ? Quel rapport avec la vieillesse ?

Du coup j’ai recherché qu’elle est la définition de la vieillesse ?

« La vieillesse est la dernière étape de la vie humaine avec le ralentissement des activités biologiques. »

Je comprends bien que ces mots font partie de toutes les étapes de ma vie mais avec une importance différente. Pour moi le début de la vieillesse s’est manifesté par la retraite, un problème de santé et surtout par la grande joie d’être grand-mère !

Ce qui m’a marqué en premier dans cette nouvelle étape c’est la liberté, le matin de se lever sans être bousculée. D’avoir le temps de faire les choses … et pourtant ressentir aussi que le temps passe vite !

Je suis en période de discernement sur ce que je vais faire de ces années qui me sont données ?

Deux citations qui disent bien des axes de ma réflexion :

« Pense que Dieu est là au milieu de tes poêles et de tes casseroles et qu’il est à tes côtés dans toutes les tâches que tu accomplis » Thérèse d’Avila

« Chaque année, le thème porte sur la transmission de la foi pour valoriser la place de la grand-mère, à l’instar de sainte Anne qui est représentée avec un livre ouvert pour éduquer Marie aux Ecritures » le recteur du sanctuaire de Saint Anne d’Auray à l’occasion du pèlerinage du Grand Pardon.

 

4- Intervention de Chantal J. :

On parle de sénior, mais à quel âge est-on sénior ? (D’après l’INSEE, 50 ans. On peut parler de troisième âge : 50 à 65 ans, âge variable d’entrée en retraite)

Lorsque ces retraités sont encore relativement en forme :

  • Ils peuvent utiliser leur disponibilité vis-à-vis des petits-enfants pour les écouter, répondre à leurs demandes, leur expliquer certains choix, les enrichir de notre expérience et de notre savoir et parfois les aider au niveau scolaire.
  • Ils peuvent parfois établir avec eux une complicité. Dans une certaine mesure, les enfants semblent plus à l’aise avec les grands-parents qu’avec les parents : ce qui les amènent à quelques confidences.
  • On peut aussi leur parler de religion (à leur demande)

Les grands-parents peuvent représenter des points de repère dans les fêtes de famille ou religieuses. : Noël, Pâques, les anniversaires, la communion, la confirmation. C’est l’occasion de gâter les petits-enfants. Les gâteaux d’anniversaire sont toujours incontournables : aider à souffler les bougies, chanter le « joyeux anniversaire »…

Lors de certaines rencontre festives, ils aiment beaucoup être investis de responsabilités pour des choses qu’ils peuvent et aiment faire. Il ne faut pas que cela soit une corvée pour eux (cela doit être différent de ce que demandent les parents ou l’école).

Pendant les vacances, il ne faut pas que les séjours soient trop longs…

En conclusion, quand tout se passe bien, lors de ces différentes rencontres, cela apporte beaucoup aux grands-parents qui sont un peu bousculés dans leurs habitudes et leur permet pour certains de rompre un réel isolement. Disons que tout cela se traduit par un enrichissement mutuel.

 

5 – Activités de l’après-midi :

Il était proposé ensuite un temps libre pour tout le monde, convivial, riche en échanges avec les uns et les autres, récréatif grâce à des jeux de société en intérieur et des jeux d’extérieur éventuels qui ne purent cependant décider les plus téméraires à cause de la chaleur, mais aussi riche en plaisirs gustatifs à travers les pâtisseries apportées par chacun.

Michel-Éric de la Pastorale de la famille a pu proposer dans certains groupes un lot de questions-réflexions, élevant un petit peu le débat vers un regard plus spirituel, dirons-nous. Marie-Odile de RCF, quant à elle, est passée avec son enregistreur auprès de tous ceux qui voulaient s’exprimer sur le thème de la journée.

En fin d’après-midi, une synthèse a pu être faite de ces témoignages et c’est Michel-Éric qui l’a présentée avec plutôt une orientation vers cet Amour que peuvent transmettre les personnes plus âgées.

 

6- Petite synthèse des interviews par Michel-Éric J. :

 

Partant du constat que « l’on ne sait pas quand on porte du fruit ! » les personnes présentes ont plutôt répondu à la question : Comment les personnes plus âgées témoignent-elles de l’Amour ?

 

Voici donc une petite synthèse, selon une adaptation libre des 5 langages de l’amour de Gary Chapman :

 

Par des moments de qualité

Par leur disponibilité, en prenant le temps d’écouter, elles offrent à leurs petits-enfants, à leurs amis, à leurs voisins des moments uniques et rares d’échanges et de connaissance réciproque.

« l’écoute peut transformer celui qui est écouté ! »

 

Par les services rendus

En assurant des gardes d’enfants, elles permettent aux parents, aux voisins, de souffler un peu.

Elles peuvent dans ces occasions donner des responsabilités particulières aux plus jeunes, ce qui les aident à grandir dans le souci du service des autres.

Enfin, elles peuvent être des artisans de paix et d’unité dans leur famille : la personne plus âgée peut rassembler autour de son nom les personnalités diverses des plus jeunes. Ceci demande de s’intéresser à la vie de tous et de les accepter tels qu’ils sont !

 

Par des paroles valorisantes

Les personnes plus âgées sont celles qui peuvent le mieux dire et redire que la vie est intéressante et belle, malgré les épreuves ! Positiver !

Elles sont la mémoire familiale ; et par leurs récits de vie elles peuvent transmettre beaucoup de choses importantes, de leurs valeurs.

Elles peuvent déceler les talents (charismes) des plus jeunes, et leur dire…

Elles peuvent parler de Jésus et de son importance pour elles…

Et par la prière, elles remettent dans les mains de Dieu toute la vie de leur famille.

 

Par des cadeaux

Au-delà des paroles, leur façon de vivre est un témoignage vivant aux plus jeunes de ce qui est important pour réussir sa vie.

 

Pour finir, une question et deux réflexions

La question : Comment porter du fruit lorsque l’on ne voit ses enfants et petits-enfants que rarement ?

Les réflexions :

– On ne sait pas quand on porte du fruit !

– Il y a un enrichissement réciproque entre les générations !

 

 

 

7 – Intervention du père Jacques Billout (Aumônier diocésain du MCR) :

Le père Jacques est intervenu ensuite, en encourageant chacune et chacun à continuer à porter du fruit, dans la mesure de ses possibilités, en insistant sur le fait que, même avec les années et leurs désagréments en tous genres, on sert toujours à quelque chose. Il faisait prendre conscience à tous que ce fruit peut aussi se retrouver dans la prière proprement dite, en complément d’abord, puis en devenant pourquoi pas, au grès des années, des « permanents de la prière ».

 

8 – Fin du rassemblement :

Une prière solennelle et une bénédiction (par le père Jacques) clôturaient ce bel après-midi, et Pierre-Henri de conclure en souhaitant continuer ce « marcher ensemble » avec cette synodalité d’actualité récente et le plaisir de se retrouver l’année prochaine pour la 3ème édition.

 

Actualités de la même catégorie ...