Actualités

Editorial : Voter en conscience

TBP02.17-e1487859747661

Pourquoi les évêques devraient-ils donner des consignes de vote ? Le temps n’est plus aux mots d’ordre venus d’en haut. Le temps n’est plus aux consignes données par leurs curés à leurs ouailles et par les maris à leur femme. Et qui, réellement, est prêt à entendre la voix des évêques si celle-ci ne correspond pas à leurs convictions ? Qui, parmi ceux qui s’apprêtent à voter pour le Front National, est prêt à y renoncer en raison d’une déclaration solennelle des évêques de France et même du pape ? Qui n’a compris, à la lecture du document Retrouver le sens du politique, que les positions extrémistes et simplistes, de droite ou de gauche, ne pouvaient être soutenues par la hiérarchie catholique ? Qui n’a compris, à la faveur des prises de position très claires de l’Eglise sur le mariage et les questions éthiques, qu’elles divergent radicalement de celles de Monsieur Macron ? Qui ne peut comprendre que l’Eglise, engagée de mille et une façons au service du bien commun par ses multiples organisations et mouvements, et à travers les engagements personnels de ses membres, est à la fois pleinement dans ce monde sans pourtant appartenir à ce monde ? « Mon royaume, dira Jésus à Pilate qui le condamnera à mort, n’est pas de ce monde ». Les chrétiens annoncent un monde nouveau, le règne de l’amour de Dieu dans le cœur de ses enfants, l’avènement de la justice et de la paix qui n’aura pas de fin, le jugement de tous et la récapitulation de toutes choses dans le Christ ressuscité, la communion des saints dans la communion trinitaire, et cela dépasse bien largement notre horizon politique. Et pourtant c’est aujourd’hui même que les chrétiens ont mission de montrer, par leur façon de vivre, ce qu’est cet amour de Dieu vivant dans le cœur des hommes, en quoi consistent cette justice et cette paix qui viennent de Dieu, ce que veulent dire la vie nouvelle dans le Christ et la communion dans l’amour trinitaire. Et demain, il faudra choisir entre deux personnes pour la direction des affaires publiques. Votons donc, selon notre conscience éclairée par l’Evangile et non par nos passions et nos peurs. Et prions pour notre pays, pour l’Europe et pour le monde.

+ Thierry Brac de la Perrière, évêque de Nevers

Actualités de la même catégorie ...

Edito de Juin

3 juin 2022

Edito de Mai

29 avril 2022

Pâques, la vie plus forte

31 mars 2022

En synode

1 octobre 2021