Skip to content

Chercher
Generic filters

Editorial : Hommage aux maires

P1120199

Trois cent neuf communes dans la Nièvre, autant d’équipes, autant de maires avec un nouveau mandat. La crise sanitaire que nous finissons de traverser – j’espère – a mis en avant des fonctions et des métiers jusque-là laissés dans l’ombre. Les élus locaux ont été particulièrement mobilisés dans la gestion de cette crise, où l’on a vu l’importance des liens de proximité et des structures locales de solidarité. Mais cela ne doit pas faire oublier le travail quotidien, avec souvent de grandes responsabilités et de petits moyens.

Je salue donc ceux et celles qui ont accepté de s’engager au service du bien commun, souvent sans compter leur temps et leur énergie. J’aurai l’occasion de leur écrire et de les rencontrer.

Désormais les communes ne correspondent plus aux paroisses. Celles-ci peuvent comprendre plusieurs dizaines de villages et autant d’églises communales. Le lien entre maires et curés ne ressemble plus – depuis bien longtemps déjà – aux relations entre Don Camillo et Peppone, mais ces relations sont importantes à cultiver, dans le respect de la laïcité. Les paroisses et les communes partagent non seulement l’entretien des églises, mais aussi le souci des pauvres et le maintien d’un tissu social. Et cela en lien avec tout un réseau d’associations, dans lesquelles beaucoup de chrétiens sont eux-mêmes engagés.

Les défis qui se présentent à la société comme à l’Eglise, notamment à la rentrée prochaine, ne sont pas minces. Il y a bien sûr les conséquences socio-économiques de la crise. Mais tout autant – et même plus, oserai-je dire – le défi de la cohésion et de l’ancrage spirituel de la société. Malheureusement le nouvel – et définitif – examen de la loi de bioéthique par les députés, qui a lieu ces jours-ci, ne va pas dans ce sens-là. Mais c’est au niveau local et non au niveau national ou européen, que la société se bâtit. L’ouverture à l’autre, le souci de faire communauté au-delà des particularismes, c’est d’abord entre les personnes que cela se manifeste, avant de se traduire dans des lois. L’ancrage dans les réalités humaines les plus simples, mais aussi l’enracinement dans la foi, sont des garanties contre les idéologies et les errements dans lesquels certains voudraient entraîner la société tout entière.

+ Thierry Brac de la Perrière
Evêque de Nevers